Région de Gbêkê : trois ministres se battent pour le leadership du RHDP

Région de Gbêkê : trois ministres se battent pour le leadership du RHDP

La guerre de leadership entre les trois ministres de la région de Gbêkê fait rage. Amadou Koné, Sidi Tiémoko Touré et Jean Claude Kouassi ont du mal à s’unir autour de l’un parmi eux pour en faire le patron de leur parti dans la région. La direction du RHDP s’est vue dans l’obligation de scinder cette région en trois pour responsabiliser tout un chacun.

Considérée comme un bastion du parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA), la région de Gbêkê est devenue la convoitise du Rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP) dans le cadre de l’élection présidentielle d’octobre prochain. Au moment où on s’attendait à une cohésion des cadres du parti au pouvoir pour réussir cette conquête, c’est plutôt une guerre que se livrent les ministres Amadou Koné, Sidi Tiémoko Touré et Jean Claude pour une affaire de leadership. Ces trois ministres, cadres du RHDP ont du mal a accordé leur violon pour afin de s’unir derrière un leader pour cette mission de conquête du Gbêkê. Tout le monde veut être le patron du RHDP dans cette région. Cette impossibilité d’entendre a poussé la direction du parti prendre la décision de scinder la région en trois pour satisfaire tout un chacun. Ainsi, Amadou Koné s’est vu attribué la zone de Bouaké Commune. Sidi Tiémoko Touré, lui, contrôle les départements de Béoumi et Sakassou. Quant à Jean Claude Kouassi, il a en charge la zone de Bouaké sous-préfecture (Djébonoua, Brobo, Diabo, Languibonou et Botro). Reste maintenant à savoir l’influence de chacun dans sa zone. Pour la zone de Bouaké commune, Amadou Koné peut un peu se frotter les mains. La composition cosmopolite de la population dans cette agglomération le RHDP s’en est bien sorti lors des élections municipales. Le ministre des transports peut s’appuyer sur le Maire de Bouaké, Nicolas Djibo pour réussir sa mission. Là où la tâche s’onnonce ardue, c’est dans les zones de Jean Claude Kouassi et Sidi Tiémoko Touré. En effet, lors des différentes élections, municipale et régionale. Dans ces localités, les candidats du RHDP ont été pour la plupart battu par leurs adversaires du PDCI-RDA et les indépendants. Au conseil régional, Jean Claude Kouassi, candidat du RHDP a perdu dans toutes les sous-préfectures qui sont aujourd’hui sous sa responsabilité. De Djebonoua à Botro en passant par Diabo,  Languibonou et Brobo, le candidat Jean Claude Kouassi a été surplanté par le candidat indépendant au régional. Même situation pour Sidi Touré dans les localités sous sa reponsabilité. Depuis la grave crise intercommunautaire qui a sécoué la ville de Béoumi et sa mauvaise gestion par Sidi Touré, la confiance n’est plus de mise entre le ministre de la communication et les populations «Gôdê». Dans le canton «Walêbo» de Sakassou les choses s’annoncent aussi difficiles pour l’ancien directeur de cabinet du président du RDR. Dans le royaume Baoulé, les cadres du RHDP de la région sont pointés du doigt d’être à la base crise qui secoue le trône.

Le Rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la Paix veut détrôner le Parti Démocratique de Côte d’Ivoire dans la grande région de Gbêkê. Mais le parti au pouvoir est sérieusement handicapé par la guerre de leadership entre ses cadres que sont les ministres Amadou Koné, Sidi Tiémoko Touré et Jean Claude Kouassi. Ayant saisi l’ampleur de cette division, le directeur exécutif de RHDP, Adama Bictogo a choisi de responsabiliser tout un chacun dans trois zones différentes pour que chacun fasse ses preuves.

 

Eugène YOBOUET

Auteur: press

Partager cet article :

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *