Côte d’Ivoire/ présidentielle2020:Déclaration de la ligue des mouvements pour le progrès (LMP)sur les élection

Le mardi 13 Septembre 2020, le Conseil Constitutionnel a rendu publique la liste définitive des candidats à l’élection présidentielle d’octobre 2020 prévue pour se tenir le 31 octobre 2020. Sur les 44 candidats qui ont introduit leurs dossiers en vue de compétir à cette échéance, seulement 4 ont été retenus au bout de la procédure de validation par le conseil constitutionnel. Il s’agit de MM Alassane Ouattara du Rassemblement des Houphouetistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP), Aimé Henri Konan Bédié du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire-Rassemblement Démocratique Africain (PDCI-RDA), Affi N’guessan Pascal du Front Populaire Ivoirien (FPI) et Kouadio Konan Bertin (Indépendant). Ainsi une grande majorité de candidats déclarés a été éliminée, bien souvent sous des arguties juridiquement indéfendables, qui voient triompher hélas l’opportunité et non le droit.
On ne peut nier que la publication de cette liste ait engendré une forte contestation dans la population ivoirienne. Progressant dans le pays, les manifestations violentes, les marches, les barrages et entraves à la circulation, les incendies de biens et, hélas déjà des victimes, forment sous nos yeux, cette spirale de violence qui menace d’établir durablement ce climat d’insécurité généralisé redouté par plus d’un observateur.
La Ligue des Mouvements pour le Progrès (LMP), groupement politique composé du MOUVEMENT NATIONAL CITOYEN ALTERNATIVE (MNC) Alternative, du CAP-UDD (CAP UNIR POUR LA DEMOCRATIE ET LE DEVELOPPEMENT, de l’ACI (ALLIANCE CENTRISTE IVOIRIENNE), du CDA (CONSENSUS DES DEMOCRATES AFRICAINS), du PPSD (PARTI POPULAIRE DES SOCIAUX DEMOCRATES), et de l’USP (UNION SOCIALISTE DU PEUPLE), après analyse de la situation politique de notre pays exige :
1 : l’arrêt immédiat de toutes les opérations électorales jusqu’à ce que les parties prenantes s’accordent sur la conception même du système électoral, y compris sur les institutions électorales, les conditions et procédure de validation des candidatures, le déroulement des scrutins et la proclamation des résultats.
Les élections ne peuvent être continuellement un outil du seul profit des plus forts sans être la source répétée de crises qui menacent à chaque occasion les fondements même de la Côte d’Ivoire ; certains ne peuvent pas s’attribuer des résultats annoncés d’avance sans légitimer la révolte.
Si nous aimons ce pays, nous devons tous, à commencer par le gouvernement, comprendre que seule à présent une suspension de tout et un dialogue sérieux entre tous peuvent anticiper l’effet d’embrasement des révoltes durables, qui ne seront pas empêchées par la seule répression.
2 : La LMP insiste sur la nécessité urgente pour la classe politique de se retrouver pour s’accorder dans la conciliation sur l’organisation d’opérations électorales transparentes et crédibles à tous les niveaux, seuls gages de la paix durable que nécessite l’adressage de ces problèmes concrets de développement humains dont la détresse quotidienne des populations montre hélas l’éloquente urgence.
La LMP considère que la paix dans notre pays est devenue, plus que ce thème de la propagande politique, désormais une nécessité vitale !
puissent les puissants qui fourbissent les armes de la répression contre les révoltes légitimes nous entendre avant le désastre qui s’annonce.
Fait à Abidjan, le 16 septembre 2020
Pour la Ligue des mouvements pour le progrès (Lmp)
Le président,
Kabran Appia
Partager cet article :

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *