Côte d’Ivoire : Enseignement scolaire et universitaire / Les avantages de la reforme du système éducatif Catholique présentés

Unite.ci, Engagées deduis trois ans la reforme du système éducatif Catholique est rentrée en vigueur depuis janvier 2019.

Face à la presse ce jeudi 25 avril 2019  le  Père Jean- Luc N’Dreman   et M. Émile ALEBA Dali  ont dressé un bilan à mi-parcours de l’application de cette reforme. Cette reforme à les en croire renferme de nombreux avantages. Pour s’en convaincre , voici l’intervention de Monsieur Émile ALEBA Dali, Secrétaire exécutif national chargé de l’administration et des finances  à la suite du Père Secrétaire Exécutif National et du Secrétaire Exécutif en charge du secondaire Technique et professionnel, « . La réforme en effet a été présentée dans son contexte, ses objectifs, les étapes de sa mise en œuvre. La présentation du Père a mis en lumière le cadre légal d’existence actuel de l’école catholique avec son cortège de flous non sans exposer les menaces auxquels un échec de cette réforme, donc notre maintien dans la situation actuelle nous expose. Il me revient la lourde mais exaltante tache de vous présenter quelques résultats déjà obtenus du fait de cette réforme et d’en décliner des opportunités que peuvent saisir les écoles et l’ensemble des acteurs de l’éducation catholique. Messieurs les journalistes mesdames et messieurs, Les résolutions pour la réforme du système éducatif catholique ont été adoptées le 20 janvier 2019. Si cette date marque le début officiel de la mise en œuvre de la réforme, son esprit quant à lui est à l’œuvre depuis environ trois ans avec la nomination du nouveau secrétaire exécutif national de l’éducation catholique et le recrutement par appel à candidature d’un secrétaire exécutif national chargé de l’administration et des finances. La principale mission confiée par les évêques à la nouvelle équipe était de moderniser et professionnaliser l’enseignement catholique et en faire un puissant outil de développement. Dans ce cadre, le secrétaire exécutif national de l’éducation catholique (SENEC), nous a personnellement instruit de rétablir la sérénité et un climat de confiance dans l’institution par le traitement avec diligence de deux questions majeures que sont : 1. Les arriérés de cotisations sociales ou la dette des écoles catholiques envers la CNPS et ; 2. Une redistribution rapide et transparente des subventions et frais d’écolages de l’État aux écoles catholiques bénéficiaires. Ces deux questions avaient fini par s’imposer comme une fatalité à notre institution et l’ont livré à la merci des huissiers avec des saisies attributions intempestives rendant toute planification impossible. Mais dans approche participative, avec l’engagement de tous et surtout de nos pères Evêques à travers l’implication personnelle de Monseigneur BEBY GNEBA Evêque de Man Président de la commission Episcopale pour l’Education Catholique et avec la grâce de Dieu, ces deux questions ont eu un dénouement heureux. Aujourd’hui, un accord avec la CNPS a mis un terme aux poursuites des huissiers et aux saisies attributions sur les comptes des écoles Catholiques. Il nous appartient maintenant d’honorer notre part d’engagement et d’être à jour des paiements des encours de cotisations. Nous y travaillons. Pour ce qui est de la subvention un dispositif est mis en place qui nous permet aujourd’hui de traiter et de communiquer les décisions aux écoles aussitôt qu’elles nous parviennent. C’est la même procédure lorsqu’il s’agit du règlement par l’Etat. Chaque structure est informée du paiement par l’État des subventions, suivi des détails concernant le retraitement pour chacune d’elles. Lorsque les virements sont faits vers les écoles celles-ci sont informées dans les meilleurs délais parce que nous sommes conscients de l’importance de cette contribution financière de l’État dans fonctionnement de nos structures. · L’harmonisation des outils de gestion Avec la sérénité retrouvée, il fallait sans tarder passer à la mise en place d’outils modernes de gestion afin de suivre les différents engagements et éviter de retomber dans les mêmes erreurs. Ainsi, sous la houlette du SENEC, nous avons entrepris les travaux d’harmonisation de nos outils de gestion. Il s’agit de passer d’un ensemble d’écoles à une véritable institution avec les mêmes pratiques en termes d’organisation et de gestion. Ici, nous avons prioriser la sécurisation de l’information financière. Nous avons travaillé à la mise en plage du plan comptable général de l’éducation catholique conformément aux dispositions du SYSCOHADA révisé. Il servira de référentiel comptable pour toutes les écoles catholiques dès la rentrée scolaire prochaine 2019-2020. Son utilisation est indispensable pour prendre en compte la spécificité de l’Église, la nature de nos activités et notre forme juridique. Il servira de base à la production de nos états financiers. Evidemment en présence de formes juridique différentes d’une école à une autre, ce travail d’harmonisation s’est fait sur la base d’une hypothèse : Les écoles catholiques sont des associations à but non lucratif selon les dispositions de la convention entre l’Etat et l’enseignement confessionnel catholique et protestant. Les opportunités à saisir par les écoles catholiques qu’offre la réforme du système éducatif catholique Plusieurs opportunités s’offrent à nous. Nous évoquerons quelques-unes notamment : – L’amélioration du profil de carrière du personnel par la mise en place d’un processus d’évolution permettant la promotion du personnel jusqu’au niveau d’inspecteurs généraux de l’éducation catholique ; – La mise en place d’une politique de reconnaissance du mérite à travers l’institution des journées de l’éducation catholique ; – La mise en place d’un régime de prévoyance sociale construite et fonctionnant sur un système mutualiste et solidaire ; – La création de l’Institut supérieur pour la formation des acteurs de l’éducation catholique qui offre aux personnels des parcours de formation, assure une meilleure qualification et favorise un développement personnel. – L’amélioration de nos relations avec les banques et autres organismes de financement – La consolidation de nos obligations sociales et fiscales avec possibilité de négocier des paiements qui tiennent compte de la nature de notre activité – La possibilité de postuler à des programmes de désendettement Chers amis journalistes, mesdames et messieurs, ces quelques résultats obtenus et la mise en œuvre de ces travaux trouveront leur pérennité et leur efficacité dans un cadre légal clarifié qui met à la disposition de notre institution des documents administratif indispensables à la saisie des opportunités. C’est ici que la réforme engagée par les Evêques trouve toute son importance et se positionne comme une dynamique salvatrice pour notre institution. Nous devons donc travailler à la rendre irréversible si nous voulons continuer de contribuer efficacement au processus de développement de notre nation et prendre notre place dans l’atteinte des objectifs de développement durables à travers une Education de qualité ».

Propos recueillis par Nando Dapa

 

Auteur: Nando Dapa

Partager cet article :
468 ad

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *